Demain, j’arrête de procrastiner…

Classé dans : Développement personnel, Organisation | 11

Le mot procrastiner vient du latin « pro » qui signifie en avant et « crastinus » du lendemain ce qui revient à dire que c’est l’action de remettre à demain ce que vous pourriez (et que vous devriez) faire le jour même.

Un défaut qui peut devenir néfaste dans le temps car procrastiner un peu, d’accord pour certaines priorités mais procrastiner trop, non.

La procrastination peut toucher les petits comme les grands, les jeunes comme les personnes plus âgées et les hommes comme les femmes. Nous avons tous une part de procrastination en nous. Celle-ci peut toucher de multiples domaines : la santé, le sport, le travail, les études (scolaires ou universitaires), les finances …

Il faut savoir procrastiner intelligemment c’est à dire connaître nos tâches prioritaires (qui apporte un élément indispensable, par exemple  une astuce révolutionnaire) et nos tâches secondaires (laver les vitres). Après, c’est vrai que certaines personnes aiment l’adrénaline ou le stress de tout réaliser à la dernière minute. Mais pourquoi vouloir tout faire dans la précipitation ?

Alors, y aurait-il des causes à procrastiner ?

Il en existe certainement des centaines et d’autres que nous ne connaissons pas encore.

Les raisons possibles qui reviennent sont souvent les mêmes.

1 –  La distraction

Nous aimons nous distraire heureusement mais, il faut aussi savoir s’atteler à une tâche ardue ou pas. Les distractions possibles sont la télévision, le téléphone, les réseaux sociaux …

2 – Le manque d’intérêt ou de plaisir

Nous n’aimons pas, ou nous n’avons pas envie de réaliser telle ou telle tâche car elle ne nous apporte aucune satisfaction (sortir les poubelles, payer des factures, faire nos devoirs, prendre un rendez-vous …) et donc nous laissons traîner jusqu’à l’ultimatum.

3 – Le temps

 » Il faut que je fasse du tri dans mon ordinateur « ,  » Tiens, si je rangeais mon bureau… » car nous pensons que ces actions ne devraient pas nous prendre beaucoup de temps. Ces éléments sont inscrits dans un coin de notre mémoire pour le faire un jour, la veille voire jamais car à la fin nous nous disons  » je n’ai pas le temps… « , parce que d’autres éléments se greffent à notre quotidien et la réalisation sera peut-être plus pénible.

4 –  Le délai

Plus la date limite est loin, plus nous nous disons que nous avons le temps et retardons l’exécution de la tâche.

5 – De ne pas savoir par où commencer ou tout simplement comment faire.

Il n’y a pas de honte à demander à autrui de l’aide (par téléphone ou de vive voix) pour ainsi pouvoir accomplir notre action. Ne pas savoir demander de l’aide peut mettre en avant un manque de confiance en soi, par peur de l’échec, ou par peur que le résultat ne soit pas parfait.

6 – Attendre d’autrui

En effet, pourquoi attendre que quelqu’un le fasse à votre place si l’action à effectuer est simple. Vous perdrez peut-être plus de temps en attente.

7 – La flemme, par nature.

flemme

C’est aussi une cause possible. Après la vie professionnelle, la vie sociale nous n’avons pas envie de nous plonger dans de nouvelles tâches mais de nous détendre. Nous remettrons donc au lendemain ce qui nous aurait demandé quelques minutes de notre temps.

Donc voilà quelques explications, si vous en connaissez d’autres, c’est que vous vous êtes peut-être déjà posé la question. Pourquoi avez-vous procrastiné ? Vous avez peut-être trouvé des solutions …

Nous allons essayer de trouver des solutions réalisables pour pallier ce souci de procrastination.

Quelles sont les solutions à adopter pour limiter la procrastination ?

 

 Tout d’abord, il faut commencer doucement et simplement pour changer cette mauvaise attitude et ne plus vous trouvez d’excuses pour remettre à plus tard.

Il paraît que 21 jours suffissent pour avoir une nouvelle habitude. Si vous avez besoin d’aide pour vous lancer dans cette nouvelle habitude de vie, il ne faut pas hésiter à demander à un tiers si cela s’avère possible.

Le changement ou la maturation d’arrêter de procrastiner se fera plus ou moins vite selon chacun. Donc ne pas se mettre de pression.

Voici quelques solutions :

  • Arrêter les distractions et se concentrer sur notre tâche à effectuer : mettre en silence ou en mode avion notre téléphone, désactiver ponctuellement les réseaux sociaux et les alertes, trouver un endroit calme pour pouvoir s’isoler. distraction
  • Faire des to do list de tâches détaillées, réalisables! Et pas seulement celles que nous sommes sûrs de cocher (mettre la table, se coiffer, …). Le fait que nos to do list soient détaillées nous permettra de nous mettre à la tâche immédiatement sans se soucier de comment faire. Par exemple, ne pas noter « faire du sport » mais « faire 30 minutes de running », « 30 minutes de vélo », « 50 squats » …
  • Avoir des routines pour éviter de perdre du temps. Par exemple, le matin, pourquoi ne pas tout préparer la veille (tenue, sac, petit déjeuner, …)?
  • Oser s’encourager et se récompenser. Quand vous avez un grand défi ou une grande tâche à réaliser, la faire plutôt par pallier pour éviter de se démoraliser. Chaque pallier atteint vous vous récompensez. Je sais ça peut s’apparenter à la « carotte » mais pour certaines personnes ça fonctionne bien. Les récompenses peuvent être d’ordre matériel, alimentaire (mais pas trop), lire un bon livre … après chacun trouvera sa récompense
  • Pourquoi ne pas tenter la méthode de « Pomodoro » (signifie tomate en italien) qui correspond à mettre un temps sur un minuteur (25 minutes) et faire des pauses de 5 à 20 minutes entre chaque action. Le fait de se chronométrer permet de se concentrer uniquement sur la tâche à effectuer. Cette méthode fonctionnera surtout pour des actions précises.

tomate

  • Il faut également savoir se planifier du temps pour chaque tâche à accomplir.

En somme, il faut simplement oser et se faire « violence » pour se mettre au travail.

Un petit coup de pelleteuse (pour les adeptes du Miracle Morning) ou un petit coup de pied au c…  n’a jamais fait de mal à personne. Cela permet de se remettre les idées en place et de surmonter des difficultés.

Mais pour avoir de l’énergie et ne plus procrastiner, il faut également prendre soin de soi intérieurement (alimentation) et extérieurement (sommeil).

Notre corps est une machine à chouchouter donc, courage vous y arriverez à ne plus procrastiner.

 

Alors êtes-vous partant pour ne plus procrastiner ?

Avez-vous d’autres solutions qui fonctionnent ?

Dans l’attente de vous lire, je vous dis à bientôt

Catherine.

 

 

11 Responses

  1. As tu deja vu la conférence TED sur la procrastination ? C’est à mourir de rire tellement c’est réaliste : https://www.ted.com/talks/tim_urban_inside_the_mind_of_a_master_procrastinator?language=fr

  2. j’me suis mise au bullet journal parce que mes listes je ne les consultais plus lol

  3. J’avoue que je suis une pro de la procrastination, mais j’essaye de me forcer parfois et d’arrêter de tout repousser au lendemain !

  4. Pomodoro <3

    Je m'en planifie quelques-uns dans la journée et c'est fou ce qu'on peut accomplir en 25 minutes!

  5. Très sympa cet article. Je vais tenter le timer.
    Je suis championne pour procrastine!

  6. Il est également assez fréquent que la méthode des listes soit à l’origine même de la procrastination. En donnant une idée exagérée de ce qui reste à faire, ou des priorités qui sont en réalité des détails.

Laissez un commentaire