Légalisation de la chasse aux loups en France.

Classé dans : Culture et loisirs, Infos | 2

nature-animal-fur-wolf-largeAprès une extermination totale à la fin des années 1930, le loup est revenu peu à peu en France depuis les années 1990, en passant par l’Italie.

Aujourd’hui, on comptabilise environ 300 individus en France, la plupart dans les massifs montagneux. C’est peu, comparé à l’Italie (jusqu’à 1500), et l’Espagne (autour de 2000).

carte-loup-ferus-2015

Pour survivre, le loup doit disposer de ressources abondantes et accessibles toute l’année. Les ongulés sauvages (chamois, mouflons, chevreuils, cerfs, sangliers…) constituent ses proies principales. Le loup ne se maintiendrait pas en l’absence de cette faune sauvage.

Pour autant, la présence du loup en France fait polémique, notamment à cause d’attaques de troupeaux de brebis. En effet, quelle que soit la densité de ses proies naturelles, les tentatives de prédation sur le bétail persistent, essentiellement du printemps à l’automne.

Il existe des solutions pour protéger les troupeaux : chiens, installation de clôtures, et présence des bergers.

« En Europe, le loup est protégé par la Convention de Berne (1979) transcrite dans le droit français en 1989. En France, l’espèce est protégée sur le territoire national par l’arrêté ministériel du 22 juillet 1993 publié à la suite des premières observations attestées du loup en France. Ce statut implique pour les États, donc pour la France, de veiller à la conservation de l’espèce et de ses habitats. » (cf plaquette loup de l’association Ferus) .

Depuis 2004, l’État français utilise les dispositions de la Directive européenne Habitats-Faune-Flore et autorise sous certaines conditions que des loups puissent être abattus suite à des dommages aux troupeaux. Au fil des années, les conditions ont été assouplies allant même jusqu’à permettre le tir de loups en l’absence de troupeaux et donc de dommages et en autorisant les chasseurs à tuer des loups lors de leurs parties de chasse, nous dit aussi cette plaquette informative.

Ainsi, en 2015, trente loups ont été abattus par des tirs autorisés par l’État. A ces morts, s’ajoutent les victimes du braconnage. La population de loups est en baisse (282 individus en 2015 contre 301 en 2014).

04-oct-22-louve-bouvante(Image ONCFS)

75% des français sont favorables au loup, d’après le sondage Ifop en 2013. Le 16 janvier dernier, à l’appel de 26 associations, 2500 personnes ont défilé à Lyon pour la protection du loup, en présence notamment du Capitaine Watson (Sea Sheperd) et d’Alain Bougrain-Dubourg (LPO).

Malgré son obligation de protéger cette espèce, l’arrêté ministériel du 5 Juillet 2016 autorise à nouveau le tir de 36 nouveaux loups. L’avenir s’annonce bien sombre pour le loup.

NANOU

2 Responses

  1. Informer les français , les enfants en particulier , d’une manière objective , sans déformer les évènements , cela devrait d’améliorer la cause des grands prédateurs .
    Les chasseurs ont du mal à partager cet espace , qu’ils défendent par tous les moyens mis à leur disposition , légaux ou autres .
    Merci pour votre travail de sensibilisation , en pointant le doigt toujours sur les sujets qui fâchent ou qui dérangent !

Laissez un commentaire