Et si on fabriquait un shampoing solide ?!

Classé dans : Beauté & Bien-être | 0

Dans ma quête vers un monde le plus naturel possible, je me suis dirigée vers la salle de bain, et en particulier vers les savons et shampoings…

Ces emballages au bord de la baignoire… quelle plaie !

Puis si on commence à lire les compositions sur les étiquettes, les toutes petites qui défient la plus corrigée des myopes, avec des noms incompréhensibles à rallonge de y et de h, de ium et de ate…

Le gel douche terminé, je me suis tournée vers le savon de Marseille et le savon d’Alep (attention à choisir le bien vrai et pas le faux vrai, une jungle qui méritera un article tiens !).

Entre peaux atopiques et eczémateuses à la maison, tout le monde s’y est totalement retrouvé, cool !

Puis on a regardé de travers le (les !) flacon de shampoing… hé ben tiens, ça existe en solide ça ! Comme un savon ! J’en ai vu au magasin bio ! Et chez Lush !

J’ai donc essayé celui de chez Lush (qui m’a coûté un bras et a fondu vite et contenait aussi des trucs bizarres… en fait…), puis celui du magasin bio, plus sain, plus naturel (celui avec une forme de fleur) mais qui m’a coûté l’autre bras et a fondu vite aussi…

Qu’à cela ne tienne Capitaine ! Je fais ma lessive, mes produits ménagers, pourquoi pas mon shampooing ?

Alors pour avoir moins de produits étranges et chimiques sur mon petit crâne, moins de déchets plastiques (1 à 2 flacons par mois dans la poubelle jaunederecyclage), j’ai cherché LA recette… la recette facile, pas enquiquinante, compréhensible par le commun des mortels qui n’y connait rien, et à utiliser sans manuel du petit chimiste…

J’ai eu de la chance, sur le groupe FB Gestion budgétaire, entraide et minimalisme (un trésor, un puits sans fond d’informations), j’ai trouvé un lien vers une recette…

Go for the tambouille Moussaillons ?

Le matériel :

          Une balance (au gramme près c’est le top)

          Un bol en inox

          Une spatule pour mélanger

          Une casserole

          Un emporte-pièce (pour le moulaaaaage)

Au poil près !

Les ingrédients :

Là c’était le plus compliqué, il a fallu que je trouve du SCI (je verrai si je peux m’en passer) et du Shikakaï (j’ai fait un petit encadré pour l’explication). Je suis passée par un site bien connu… qui utilise un peu trop d’emballages à mon goût avec du merchandising too much… je fais une enquête pour voir ailleurs…

          60g de SCI

          10g d’eau

          10g de Shikakaï

          20g d’huile végétale

          15/20g d’huile essentielle (facultatif mais certaines ont une action bien ciblée)

Les ingrédients

La poudre de shikakaï cékoi ?

C’est une poudre très fine marron clair qui sent bon le boisé, obtenue après broyage des cosses et des feuilles de l’arbuste Skikakaï en Inde.

C’est une poudre magique pour cheveux, qui peut d’ailleurs s’utiliser seule en shampoing dilué dans un peu d’eau.

Elle participe au moussant de cette recette de shampoing solide, elle lave, démêle et fortifie les cheveux. Elle les fait briller, en stimule la pousse et apaise le cuir chevelu.

 

La méthode :

NB : pour les photos illustrant la recette, j’ai pratiquement triplé les doses (pour en avoir d’avance pour les prochains mois… un shampoing solide nous dure 1 mois, à 4 têtes… 1 à cheveux longs

Je prépare d’abord et toujours plusieurs récipients (tout doit être désinfecté à l’alcool, même les ustensiles) avec les ingrédients pesés (au gramme près, je suis maniaque, et puis c’est plus pratique).

Au bain-marie, mélanger l’eau et le SCI, pendant 5 grosses bonnes minutes, le mélange doit se transformer en pâte assez compacte.

Toujours au bain-marie, ajouter l’huile végétale (ou plusieurs en gardant la proportion).

J’ai déjà testé huile végétale de brocoli (pour gainer les jolies boucles de mon adolescente et sa crinière magique) avec de l’huile de coco (bio et pas désodorisée hein !), ou qu’avec de l’huile de coco (pour nourrir les cheveux et les hydrater).

Bien mélanger, toujours au bain-marie.

Toujours au bain-marie (elle est cool Marie), incorporer la poudre de shikakaï.

Une fois que le mélange est bien homogène, retirer du feu et ajouter la ou les huiles essentielles (pour moi c’est Romarin et Menthe poivrée : le romarin pour apaiser le cuir chevelu et la menthe pour donner un coup de fraîcheur et fortifier).

Re-touiller et tasser dans des petits moules au choix, ou utiliser des emporte-pièce du tiroir de la cuisine comme moi…

Bien bien tasser, et laisser reposer et sécher au moins 24 heures avant la première utilisation…

 


 

 

 

 

Et là… et là… triple satisfaction !

La première est d’utiliser un produit home maid qui sent bon et fait des cheveux propres et magnifiques.

 La deuxième de dire adieu aux flacons plastiques et de regarder le fond de la poubelle jaunederecyclage.

La troisième de faire des économies, parce que ça coûte beaucoup moins cher de fabriquer son shampoing solide !

Elle est pas trop fastoche la recette ?

Bon… après, il reste le no-poo…

Vaihere

Témoignage de mon adolescente à la crinière magique (très exigeante en matière de beauté !) :

Je trouve que mes cheveux sentent bons, je n’ai plus de problèmes de cuir chevelu qui gratte, ils sont doux (au début, les 2 ou 3 premiers shampoings ont laissé mes cheveux un peu secs, preuve du sevrage des silicones et produits chimiques).

Mes boucles sont jolies, mes cheveux sont brillants.

Même plus besoin d’après-shampooing comme avant avec les flacons plastiques !

 Qui va tenter ?

Avez-vous d’autres recettes encore plus simples ?

 

Laissez un commentaire